Dialogue Politique : Des actes et des engagements  

Lancé le 28 mars dernier au Palais de la Présidence de la République, le dialogue politique initié par le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba et voulu par l’Opposition a pris  au même endroit. Des interventions survenues, on retient des actes et des engagements qui, selon les différents orateurs, constitueront un tournant décisif dans la marche démocratique du pays.

Les rideaux du dialogue politique se sont refermés avec la remise du rapport et du protocole d’accord du dialogue politique au Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba. La cérémonie officielle s’est déroulée au palais de la présidence de la République en présence des présidents des institutions constitutionnelles, des diplomates accrédités au Gabon, des facilitateurs nationaux et internationaux ainsi que l’ensemble des participants aux différentes phases du Dialogue politique dont les travaux avaient lieu à Agondjé dans la commune d’Akanda.

 

Avant les différentes interventions, l’assistance a eu droit à la lecture du protocole d’accord par les deux co rapporteurs du bureau du dialogue politique. M. Ali Akbar Onanga Y’Obegue pour le compte de la Majorité et Thierry D’Argendieu Kombila pour l’Opposition.

Lire le protocole d'accord ici

Pour Emmanuel Issoze Ngondet, le co président de la Majorité, les avancées obtenues vont hisser le pays dans une ère historique. Le responsable de la délégation de la Majorité à ces assises estime tout en déplorant l’attitude de certaines personnes et personnalités qui qualifient de façon matinale les actes du dialogue comme des réformettes que les reformes proposées feront l’adaptabilité des faits.

Le dialogue, à l’entendre, conforte l’enracinement du peuple gabonais dans la culture de la palabre. Cette attitude, poursuit le Premier ministre, fait entendre que les acteurs politiques ont fait le choix du patriotisme. Si l’orateur s’est réjoui de l’ensemble des travaux dont les résolutions ont été prises par consensus, il a tout de même salué la pertinence et l’apport issus de la phase citoyenne. Un accent particulier a été mis sur les contributions des  jeunes et des  femmes qui, venus massivement pour cette phase citoyenne, ont fait œuvre utile dans la construction de la nation gabonaise.

Poursuivant son propos, le chef de la délégation de la Majorité a indiqué que le succès de ces travaux repose dans la complémentarité des acteurs de cette rencontre. Les conclusions de celui-ci, témoignent de la volonté des participants à faire œuvre utile. De même qu’il a profité de son intervention pour revenir sur l’impact de quelques réformes prises durant les 58 jours des travaux. Une occasion pour lui d’indiquer que la Majorité (Parlement et Gouvernement) va s’investir à la mise en œuvre des actes du dialogue.

Lire le Rapport Général

L’autre temps fort de cette cérémonie aura été le discours de Pierre Claver Maganga Moussavou, le co président de l’Opposition. Pour lui, le dialogue c’est le chemin de la transparence et de l’avènement de l’état de droit démocratique. Son intervention s’est articulé sur le rappel des actes contenus dans le protocole d’accord du dialogue politique pour lesquels il invite les gabonais à prendre leur responsabilité ‘’ le peuple gabonais est désormais devant ses responsabilités’’ et d’ajouter ‘’ que ceux qui ont la responsabilité de les appliquer, qu’ils le fassent avec probité’’ non sans oublier dans intervention de demander au Président de la République de se départir des personnes qui viendront influencer les actes pris consensuellement.

Ali Bongo Ondimba, le dernier à intervenir après la signature du protocole d’accord a souligné d’entrée de jeu la symbolique de l’appel chez les peuples bantous avant de féliciter l’ensemble des participants (phase préparatoire, citoyenne et politique) du dialogue ‘’ vous n’avez pas eu peur de négocier et vous n’avez pas négocié dans la peur, vous avez fait le choix de l’échange de parole et vous avez célébré la vertu de la palabre’’ a rappelé le Chef de l’Etat.

Les discussions qui ont lieu à Agondjé ont englobé l’intérêt général au détriment de l’intérêt particulier. Le choix du mode de prise de décision, le consensus, participe d’une démocratie inachevée. S’il est longuement revenu sur les tenants et les aboutissants de ce conclave, Ali Bongo Ondimba a pris devant l’ensemble des invités à cette cérémonie de clôture du dialogue politique l’engagement à traduire en loi les actes du dialogue politique.

Galerie photos

Publié le 28 Mai à 15h29